Une petite école catholique de quartier accueillant 200 élèves, c’est là, près du centre ville de Nice, que j’enseigne en CM2, depuis que je suis rentrée du Cameroun, en septembre 2014.

J’ai 28 élèves, âgés de 10 ans, 8 collègues de travail et des parents à rencontrer.

Une question m’habite souvent : compte tenu de ce que je perçois, qu’est-ce qui me paraît essentiel à mettre en œuvre, comme attitudes, projets… dans mon travail de professeur des écoles. La prière m’aide à oser des réponses. Aujourd’hui, j’en donnerais trois :

  • Favoriser la collaboration, avec et entre les élèves :

A l’heure du numérique et des jeux en réseaux de toutes sortes, les élèves sont prédisposés à collaborer en classe : travaux de groupe, exposés, classe de découverte… Au « conseil de classe » hebdomadaire, ils relisent ensemble la semaine, s’interpellent mutuellement, prennent des décisions, apprennent à débattre dans l’écoute mutuelle sur différents thèmes.

  • Inviter à des actions de solidarité, d’attention aux autres par le don de soi :

Pour Noël, les enfants ont préparé un spectacle qu’ils sont allés présenter devant les personnes malades d’une clinique de convalescence toute proche de l’école. Au retour, Laura écrivait : « Cela m’a ouvert le cœur quand j’ai vu que notre spectacle leur plaisait… J’étais contente car c’est comme si j’offrais un spectacle à ma famille. »

  • Proposer la foi avec joie :

En tant qu’enseignante, j’ai la chance de pouvoir aider les élèves à relier les divers apprentissages au message de Jésus. En leur permettant de grandir en humanité, ils découvrent que la foi est une semence vivante, offerte à tous. Ne jamais oublier que l’Esprit me précède, bien souvent dans les cœurs les plus blessés… j’en suis si souvent témoin.

Une fois par semaine, Gaëlle aime préparer et lire à ses camarades le résumé de la vie d’un saint, dans un livre qu’elle est fière d’avoir reçu pour sa première communion. Un « cahier de prière » circule dans la classe et peut être emmené à la maison pour préparer le temps de prière commun. Certains aiment le remplir en cherchant de beaux textes sur internet ou en l’illustrant. Marine a offert à la classe une grande bougie. Dès qu’elle est allumée, le silence s’instaure et le « porteur de bougie » se rapproche de celui ou celle qui souhaite partager sa prière à haute voix.

Ce sont toutes ces petites lumières qui éclairent mon quotidien. J’ai l’assurance que le Seigneur se réjouit de cette place qu’Il m’offre, pour Le servir auprès des enfants.

Pascale