Au cours de cette année 2018, toutes les communautés ont connu de grands changements : beaucoup de xavières ont déménagé ou ont changé de mission. Les communautés ont été ainsi bien renouvelées, occasion d’aborder la mission avec un regard neuf !

Fermeture et ouverture de communautés ont aussi marqué l’année : la communauté de Montréal a dû fermer ses portes. C’est toujours déchirant de quitter un lieu, des relations, des amis. Nous avons rendu grâces le 13 octobre pour tout ce qui a été vécu de bon, et aussi pour l’engagement définitif, cet été, de Claire Marchal qui a vécu une bonne partie de son temps de jeune professe à Montréal, et qui continue la mission à Toronto. Cette très belle célébration nous a donné de recevoir la force de l’envoi en mission et du mystère pascal à l’œuvre dans nos vies, et celles de nos communautés, et de rendre grâce pour les liens tissés avec tous ceux et celles avec lesquelles nous avons vécu un compagnonnage au cours de ces années ! La communauté ferme mais les liens vont demeurer et l’histoire du Québec fait maintenant partie de notre histoire…
Une autre communauté a vu le jour en novembre, dans le 10e arrondissement de Paris. C’est une nouvelle implantation, dans un quartier populaire, près du canal Saint Martin. Elle va permettre de vivre une présence de proximité à dimension inter-religieuse et inter-culturelle, et de vivre une vie communautaire simple et fraternelle à quatre.

Cet été fut particulièrement riche en festivités ! Trois xavières ont prononcé leurs vœux définitifs, et quatre leurs premiers vœux. Le 11 août, pour la sainte Claire, Noëlie Djimadoumbaye (tchadienne) s’est engagée définitivement à la Xavière, au cours d’une célébration pleine de joie à Abidjan. En effet, avec l’engagement définitif de Noëlie, nous avons clôturé une année jubilaire avec les 50 ans de présence de la Xavière en Afrique, et les 25 ans des premiers voeux de Fatou et de Martine. Ce fut un jour de joie et de prière partagées avec proches et amis, certains venus parfois de loin, comme le frère de Noëlie venant du Tchad pour apporter présence et bénédiction de la famille en cette étape du « pour toujours » à la Xavière. Nous avons aussi clôture une assemblée, occasion d’échanger sur notre avenir, sur la mission en Afrique.

Le 15 août à Manosque, c’était au tour de Claire Marchal de prononcer ses vœux définitifs, entourée des xavières, de sa famille, de nombreux neveux et nièces, pleins de vie, et touchés du témoignage de leur jeune tante. Le 1er septembre, à la Pourraque, Juliette, Maud, Paule et Séverine ont prononcé leurs premiers vœux, après deux ans de noviciat. Elles sont maintenant envoyées dans leur premier lieu de mission. Enfin, le 8 septembre, à Paris, dans l’église Saint Médard proche de la rue Tournefort, Perrine Garnier s’est elle aussi engagée définitivement à la Xavière. Beaucoup de monde était venu de la Maison Médicale Jeanne Garnier, où Perrine travaille comme médecin en soins palliatifs. Ces temps de fête ne nous empêchent pas de partager la souffrance de l’Église, atteinte par la crise des abus sexuels. Cette crise douloureuse, qui fait apparaître une distorsion criante entre ce que l’Église annonce et ce qu’elle vit, a au moins le mérite de nous « mettre au travail » : nous faire réfléchir sur la manière de vivre l’autorité, les relations, la circulation de la parole… Comment vivre ensemble égalité baptismale – nous sommes tous fils et filles de Dieu – et diversité des charismes et des responsabilités ?

Nous rêvons d’une Église, minoritaire certes, mais rayonnante. Or notre Église aujourd’hui est pauvre et humiliée. Que nous sachions traverser les découragements, pour témoigner de l’espérance en Celui qui donne la vie en abondance ! Le Synode à Rome cet automne sur « Les jeunes, la foi et le discernement des vocations » en a été un signe.
Ce Dialogue vous donnera d’entendre les témoignages de notre présence en Afrique pendant 50 ans ; le témoignage des pionnières, et celui des xavières d’aujourd’hui, les enjeux sociopolitiques et ceux de l’Église dans un continent en pleine évolution, dont l’immense richesse, outre celles des ressources naturelles est d’abord celle de la force de la jeunesse !
L’assemblée que nous avons vécue cet été en Afrique nous a renouvelées dans notre désir missionnaire de travailler à la croissance humaine et spirituelle, en particulier de cette jeunesse et d’apporter notre part, selon le charisme que nous avons reçu !

Christine Danel, supérieure générale

> Lire Dialogue n°86

Contactez-nous

Vous souhaitez nous contacter ? Merci d'utiliser ce formulaire.